LES DIABLESSES (Antonio Margheriti, 1973)

28951347_1862964293716562_8278575143708317933_n

Des cadavres en piteux état ne cessent de faire leur apparition dans un petit village écossais. Le doute s’installe quant aux habitants du château de MacGrieff. Le lieu est apparemment hanté par un chat tueur. Corringa, nièce de la châtelaine Lady Mary, décide de mener sa propre enquête aux côtés de son étrange cousin, James. Source : dvdfr.com

Durant sa carrière, Antonio Margheriti s’est adapté à toutes les modes du cinoche populaire italien. Néanmoins, le genre dans lequel il se distingue le plus demeure l’épouvante gothique, comme le prouve l’un de ses chefs-d’œuvre : Danse Macabre (1964). Mis à part les autres opus margheritiens rentrant pleinement dans cette catégorie (dont les très bons La Vierge de Nuremberg et La Sorcière Sanglante), une fragrance goth se répand parfois là où on ne l’attend pas. Comme dans Et le vent apporta la violence (1970), étonnant western du signore à l’ambiance sépulcrale et quasi surnaturelle. Un mélange des genres, en somme, pratique iconoclaste très courante au temps des salles de quartier. Cette hybridation se retrouve également au centre de Les Diablesses, bande tenant à la fois du gothique et du giallo. Si – au début des 70’s – le premier ne rencontre plus vraiment les faveurs du public, le second vit au contraire son heure de gloire. Quoi qu’il en soit, aucun ingrédient provenant de ces deux influences ne manque ici à l’appel. L’occasion pour Margheriti de dresser un inventaire en forme de best of. À défaut d’être original, l’exercice ne se montre pas déplaisant, d’autant plus que le réalisateur de Pulsions Cannibales s’empare avec savoir-faire des codes qu’il connaît bien. Mais c’est encore dans son versant gothique que La Morte negli occhi del gatto (« La mort dans les yeux du chat ») se montre le plus convaincant. Car les fondus de Bava, Freda, Caiano et de la Hammer ont largement de quoi y trouver leur compte. Déjà, la direction artistique est aux p’tits oignons, aucun élément du tableau n’est laissé au hasard. Ce soin dans l’élaboration des décors installe d’emblée une atmosphère funeste. Jugez plutôt : l’incontournable château domine les ténèbres, le passage secret ne mène pas aux toilettes mais aux catacombes, le cimetière dort dans la nuit brumeuse, le caveau de la terreur ouvre et ferme sa porte plus d’une fois… Un panorama à filer la chair de poule que le père Margheriti sait mettre en valeur, notamment grâce à des cadrages et des mouvements de caméra qui font basculer la réalité dans l’angoisse (contre-plongées soudaines, travellings heurtés, zooms brusques). Quand la folie atteint son paroxysme, les éclairages se font même plus baroques et agressifs (savante utilisation d’une lampe en verre multicolore dans l’intro et le climax du film). Tout ça sous les yeux d’un matou de mauvais augure. La référence au Chat noir de Poe est évidente. La présence d’un gorille gardé en captivité renvoie elle aussi à une autre nouvelle de l’écrivain, Double assassinat dans la rue Morgue. D’ailleurs, pas besoin d’être primatologue pour remarquer le figurant se cachant sous son costume en poils de yack. Une incongruité qui frise le nanar involontaire (Ed Wood style) et que ne vient pas sauver une attaque de chauves-souris amorphes dans les souterrains du castel. Les rats de la crypte s’en sortent beaucoup mieux puisqu’ils offrent à La Morte negli occhi del gatto son image la plus gore : un gros plan sur la face d’un cadavre rongée par les petites bébêtes (Fulci style). La part giallesque du film accentue encore un peu plus sa dimension horrifique. Les meurtres au rasoir ne lésinent pas sur le sang et sont shootés dans la grande tradition du genre (cf. la vision subjective d’un tueur bien évidemment ganté). Le twist final fonctionne plutôt bien, l’identité de l’assassin ne se devinant pas aussi facilement que ça (sauf pour celles et ceux qui lisent Agatha Christie et se méfient toujours de l’individu le plus insoupçonnable). Pour le reste, le scénario demeure le point faible de Les Diablesses. Plutôt brouillonne, l’écriture surcharge inutilement ses personnages avec mille et un secrets n’apportant finalement pas grand-chose à la trame principale. Certaines sous-intrigues ne semblent aller nulle part et ne servent qu’à ralentir le rythme. Heureusement, le casting a de quoi nous consoler. Surtout l’adorable Jane Birkin dont la prestation nous fait regretter qu’elle n’ait pas fait plus de péloches fantastiques. Notre Melody Nelson fait aussi preuve d’une grande sensualité, notamment lorsqu’elle se met en petite tenue sous le regard gourmand de Doris Kunstmann (l’étreinte saphique n’aura pas lieu, dommage…). Des gueules – celles d’Anton Diffring, Venantino Venantini, Luciano Pigozzi et même de Gainsbarre – complètent le reste de la distribution. Un label de qualité pour un Margheriti très correct, au script laborieux certes, mais emballé avec goût et fréquenté par du beau monde.

les-diablesses-avec-jane-birkin-et-serge-gainsbourg-5

La Morte negli occhi del gatto. D’Antonio Margheriti. Italie/France/Allemagne. 1973. 1h30. Avec : Jane Birkin, Françoise Christophe et Venantino Venantini. Maté en dvd le 21/05/18.

LA LONGUE NUIT DE L’EXORCISME (Lucio Fulci, 1972)

3760147490597La longue nuit de l’exorcisme (titre original : Non si sevizia un paperino). De Lucio Fulci. Italie. 1972. 1h48. Avec : Florinda Bolkan, Barbara Bouchet et Tomas Milian (dans l’une de ses partitions sobres). Genre : giallo/thriller. Sortie dvd/blu-ray : 15/06/2017 (Le chat qui fume). Maté en blu-ray le lundi 24 juillet 2017.

De quoi ça cause ? Début des années 70, dans le sud de l’Italie, un petit village de montagne est plongé dans la terreur : de jeunes garçons se font mystérieusement assassiner et la police semble avoir du mal à identifier le meurtrier. Les pistes sont nombreuses, mais aucune ne semble réellement aboutir. La tension monte au sein de cette petite communauté et les habitants commencent à désigner des coupables. Pendant ce temps, les crimes odieux continuent. (source : lechatquifumedvd.com)

Mon avis Télé Z : Comme son titre français – complètement bidon – ne l’indique pas, Non si sevizia un paperino n’a rien à voir avec L’exorciste de William Friedkin. Il est plutôt question de petits canards (vilains ou pas) que l’on ne devrait pas torturer. Et plus précisément de ce Donald Duck en plastique dont la tête s’est brutalement détachée du reste de son corps. Le symbole d’une enfance à l’espérance de vie très limitée. Et pour cause : nos chères têtes blondes sont ici la cible privilégiée d’un mystérieux assassin. Un sujet bien évidemment inabordable de nos jours. Heureusement, les tabous n’ont jamais fait peur aux glorieuses 70’s. Non si sevizia un paperino ose même l’impensable en confrontant un gamin à la nudité d’une interlocutrice aguicheuse. Il faut voir la fantasmatique Barbara Bouchet – totalement à oilpé – allumer un petit puceau avant que celui-ci ne soit rappelé par sa mère… Troublante et sulfureuse, cette séquence ô combien marquante (en réalité tournée en deux temps, afin d’éviter la rencontre entre l’actrice et son jeune partenaire) laisse pantois mais n’a rien de gratuite. Elle permet surtout de montrer le caractère hautain d’une bourgeoise issue de la ville, prenant un malin plaisir à dominer un garçon frustré par sa condition de fils de villageois. L’occasion pour Lucio Fulci d’opposer deux mondes, l’Italie du Nord et l’Italie du Sud, de confronter le progrès à l’obscurantisme, la modernité à la superstition. Le cinéaste ne prend parti ni pour l’un ni pour l’autre. Quelle que soit leur origine, chaque protagoniste possède ses tares et personne n’échappe à la misanthropie et au pessimisme de l’auteur de Frayeurs. Pas même ce mioche qui – au début du long-métrage – bute un lézard avec son lance-pierre, histoire de tromper son ennui. La cruauté n’attend pas le nombre des années et l’humanité semble gangrenée par la violence dès le plus jeune âge… Thriller rural, Don’t torture a duckling (titre d’exploitation américain) plonge dans l’enfer d’un bled perdu au fin fond de la botte transalpine. Optant pour une véracité flirtant parfois avec le documentaire, Fulci s’imprègne de la tristesse du fait divers. Le ton est grave, le climat étouffant, l’environnement délétère, les actes sordides. Le générique d’ouverture démarre sur une interminable autoroute qui surplombe le village d’Accendura. Le paysage, ainsi défiguré, annonce l’horreur qui va se déchaîner dans les environs, tout en reflétant l’âme hideuse de ses habitants. La justice n’arrivant à rien dans ces lieux où seules prévalent les vieilles traditions, la vindicte populaire finit par s’exprimer de la plus choquante des manières. Plus de quarante après, le lynchage subit par la magnétique Florinda Le venin de la peur Bolkan secoue toujours autant. La brutalité des coups portés et la froideur des assaillants mènent une danse impitoyable située dans un cimetière en ruine. L’utilisation d’une chanson sirupeuse comme musique de contrepoint déstabilise encore plus le spectateur, témoin d’un calvaire dont la frontalité et la viscéralité ne laissent pas indifférent (les saillies gores des futurs Fulci sont déjà présentes, voir notamment L’enfer des zombies, 1979). Le pire est atteint lorsqu’une voiture de vacanciers feint de ne pas voir la victime alors qu’elle est en train d’agoniser au bord de la route… Une preuve supplémentaire du regard féroce que le réalisateur italien porte sur ses contemporains. Égoïstes, ignorants, lâches. Il subsiste dans Non si sevizia un paperino un sentiment d’impuissance face à l’injustice, l’idée que rien ne changera jamais ou ne sauvera l’humanité de sa propre déchéance. Et puis certaines choses ne peuvent se pardonner. À l’image du supplice éprouvant enduré par le personnage de Bolkan, une marginale que l’on surnomme la “sorcière” mais qui n’est rien d’autre qu’une femme incomprise et brisée. La magie noire qu’elle pratique n’est pas plus répréhensible que les fadaises catholiques auprès desquelles s’abreuvent ses concitoyens. Les secondes s’avèrent même bien plus toxiques et dangereuses que la première. Sans en dire davantage, on aura compris que Angustia de silencio (titre espagnol, pour changer) dépasse les limites du simple giallo. Ce qui n’empêche pas Fulci d’orchestrer un modèle de manipulation en jouant admirablement sur la notion de point de vue (le montage s’amuse à nous diriger vers des fausses pistes). Une mécanique solidement charpentée et brillamment stylisée (cadrages obliques, plans truqués grâce à la technique du split screen) qui sert à merveille un discours d’une noirceur insondable mais d’une honnêteté incontestable. Chef-d’œuvre terrassant et d’une audace folle, La longue nuit de l’exorcisme (allez, je vais l’utiliser au moins une fois, ce foutu titre) porte bien la marque de Lucio Fulci, un génie tourmenté qui n’a jamais eu peur de se noyer dans les abysses. 6/6 

1972-FLO-B-Non_si_sevizia_un_paperino-musicPetite_1972(23FSB-352
Dans les bois où l’on torture les petits canards, la « sorcière » Florinda Bolkan laisse poindre un sourire équivoque.

À LA RECHERCHE DU PLAISIR (Silvio Amadio, 1972)

71PWp4iiqeL__SL1000_À la recherche du plaisir (titre original : Alla ricerca del piacere). De Silvio Amadio (a dirigé Gloria Guida à quatre reprises). Italie. 1972. 1h40. Avec : Barbara Bouchet, Rosalba Neri et Farley Granger (La corde et L’inconnu du Nord-Express d’Hitchcock). Genre : giallo/thriller/érotique. Sortie dvd/blu-ray : 15/06/2017 (Le chat qui fume). Maté en blu-ray le vendredi 7 juillet 2017.

De quoi ça cause ? Greta Franklin (Barbara Bouchet) part en Italie suite à son embauche comme secrétaire auprès de l’écrivain Richard Stuart (Farley Granger). Mais son but premier est de retrouver Sally, son amie, disparue alors qu’elle occupait le même poste. Eleonora (Rosalba Neri), la femme de Stuart, bisexuelle, lui fait bientôt des avances, puis la drogue pour assouvir ses désirs. Lors d’une soirée, Stuart diffuse un petit film amateur dans lequel Greta reconnaît Sally. Décidée à enquêter sur ce couple sulfureux, elle ne s’aperçoit pas qu’elle tombe dans le piège qu’il lui tend. Un piège dangereux, peut-être même mortel… (source : Lechatquifumedvd.com)

Mon avis Télé Z : Barbara Bouchet et Rosalba Neri. Deux des étoiles les plus brillantes du cinéma bis européen dans le même film. Une affiche qui vend du rêve. Un fantasme vingt-quatre images par seconde. Rien que pour ça, À la recherche du plaisir mérite sa réputation de petit classique. Cette rencontre au sommet représente un véritable choc érotique. La séquence saphique les mettant en scène est peut-être bien la plus belle jamais vue sur un écran. Rosalba la perverse drogue Barbara la douce et la chorégraphie du désir s’emballe. Les corps se laissent aller sur un ralenti enivrant, la musique caresse de ses élans hypnotiques et sensuels cette danse charnelle aux volutes oniriques. Renversant. Astre blond au regard bleu azur, la Bouchet est la femme vêtue de soleil et rayonne jusqu’à l’incandescence. La pellicule brûle, mais brûle de bonheur. La Patrizia de La longue nuit de l’exorcisme endosse ici les frusques d’une nana courageuse dont la quête de vérité et de justice l’emmène sur des sentiers périlleux. Quant à la Rosalba, l’autre muse d’Éros, elle traîne son ardente et affriolante silhouette du côté obscur. Ses yeux excités par la chair et la mort subliment ces ténèbres au fond desquelles se cachent le vice et la duplicité. La Comtesse de Vries de Les vierges de la pleine lune distille un venin au goût d’enfer et de paradis, une saveur d’une irrésistible ambivalence qui ne demande qu’à être dégustée. Une sacrée femme fatale. Les décors vénitiens, aussi flamboyants soient-ils, ne peuvent rivaliser avec ce duo mirifique. Avouons toutefois que Silvio Amadio se sort à merveille de ce thriller qui se rattache au giallo plus pour l’aspect machination de son intrigue que pour l’attirail visuel lié au genre (à quelques exceptions près). À la recherche du plaisir fait davantage penser à une bande gothique moderne, avec sa demeure luxueuse enfouissant ses secrets dans des souterrains interdits aux fouineurs. Le principal lieu de l’action – cette baraque appartenant au couple de bourgeois décadents, Granger/Neri – est cerné par la lagune, cimetière maritime bien pratique pour dissimuler des cachotteries inavouables. Plutôt inspiré, Amadio sait mettre en valeur la part d’ombre et de lumière de Venise et se sert même de celle-ci pour agrémenter sa mise en image (lors d’une réplique en voix off, des plans de la ville se reflètent dans l’eau du canal). Le suspense n’est pas non plus en reste, alimenté par un jeu du chat et de la souris qu’un Farley Granger aussi classieux que manipulateur mène de main de maître (les premières pages de son polar décrivent la réalité de son crime et déstabilisent la Miss Bouchet). Impossible de causer de Alla ricerca del piacere sans évoquer l’excellente musique de Teo Usuelli, dont le travail se révèle aussi important que celui du réalisateur. Lyrique, angoissante et sexy, ses compositions soulignent parfaitement toutes les émotions d’un film où le plaisir se loge aussi bien dans les mirettes que dans les esgourdes. 5/6

3
Barbara Bouchet et Rosalba Neri, à la recherche d’un plaisir qu’elles ont visiblement déjà trouvé…

TROPIQUE DU CANCER (Edoardo Mulargia & Gian Paolo Lomi, 1972)

791849tropique01Tropique du Cancer (titre original : Al tropico del Cancro). De Edoardo Mulargia et Gian Paolo Lomi. Italie. 1972. 1h34. Avec : Anita Strindberg, Anthony Steffen (également co-scénariste du film) et Gabriele Tinti. Genre : thriller/giallo. Sortie dvd/blu-ray : 01/04/2017 (Le chat qui fume). Maté en blu-ray le samedi 29 avril 2017.

De quoi ça cause ? Vivant depuis de nombreuses années à Port-au-Prince, le Docteur Williams (Anthony Steffen) traîne une réputation de fabricant de drogue. Sa dernière création est un puissant hallucinogène permettant de plonger dans un univers érotique ouvrant sur ses désirs les plus secrets. Peacock, énorme fortune de l’île, pédophile notoire, convoite la formule, tout comme un certain Murdock, fraîchement arrivé en ville. Après avoir caché son invention, Williams voit débarquer un vieil ami, Fred Wright (Gabriele Tinti) et son épouse, la sublime Grace (Anita Strindberg). Commence alors une série de règlements de comptes de plus en plus violents, tandis que Grace, au son des tambours vaudous, découvre ses désirs enfouis. (source : Lechatquifumedvd.com)

Mon avis Télé Z : Un giallo sous les sunlights des tropiques, voilà qui est original. Si Haïti constitue pour le vacancier lambda une destination de rêve, Tropique du Cancer préfère transformer « la perle des Antilles » en enfer du vice. La chaleur n’adoucit pas les mœurs et les cadavres pourrissent toujours plus vite au soleil. Edoardo Mulargia et Gian Paolo Lomi tirent le meilleur parti de leur décor exotique et soulignent l’inquiétante étrangeté des lieux. La baraque du docteur Williams aurait appartenu au docteur Moreau ou au comte Zaroff, que cela ne nous étonnerait pas (le personnage joué par Tinti fait même référence à la demeure de la famille Addams). À Port-au-Prince, le mysticisme et la magie noire dominent les ombres et ont de quoi filer des cauchemars aux touristes. À la manière d’un documentaire, les réalisateurs saisissent sur le vif un stupéfiant rituel vaudou, à la fin duquel des femmes à oilpé et en transe se bagarrent pour choper les couilles d’un taureau sacrifié. La crudité du mondo movie est ici convoquée, tout comme dans la scène se déroulant dans un abattoir (les défenseurs de la cause animale sont priés de passer leur chemin et de se mater plutôt Belle et Sébastien). Dans ces terres ravagées par l’esclavage et la dictature, rien d’étonnant à ce que des types louches s’y disputent une toute nouvelle drogue. L’intrigue tourne autour de cette fameuse substance illicite et invite à la fiesta la figure typique du tueur giallesque. Les codes visuels et narratifs du genre sont donc bel et bien respectés (un peu trop peut-être). Le suspense fonctionne même si l’assassin ne se montre pas toujours très créatif dans l’art de la mise à mort (exception faite du supplice infligé à la victime défigurée dans une usine). Le duo Mulargia/Lomi se rattrape avec une parenthèse érotico-onirique renvoyant directement à l’ouverture du Venin de la peur de Fulci. Le plus beau passage de Tropique du Cancer où l’excellente Anita Strindberg succombe à ses fantasmes moites. Outre la présence ô combien solaire de la suédoise, le film jouit de la participation de solides comédiens tels qu’Anthony Steffen (sobre et tourmenté), Gabriele Tinti (tantôt cool, tantôt vénère) et Umberto Raho (en second couteau d’exception). Du beau linge pour un giallo à l’atmosphère particulière, assez conventionnel par bien des aspects, mais très plaisant et joliment charpenté. 4,5/6

tropique-du-cancer
Anita Strindberg, emportée par ses désirs et tétanisée par la peur.