AVOIR VINGT ANS : conte cruel de la jeunesse

« J’avais vingt ans Je ne permettrai à personne de dire qu’il s’agit du plus belle âge de la vie. »  Paul Nizan, Aden Arabie

La blonde Lia (Gloria Guida) et la brune Tina (Lilli Carati) sont deux jeunes femmes éprises de liberté. Elles veulent vivre sans temps mort, jouir sans entraves et, dans ce but, rejoignent une communauté hippie dirigée par le « Nazôréen » (Vittorio Caprioli). Les filles ont bien raison d’en profiter car impitoyable est le sort que leur réserve le monde… Comme de coutume, Artus Films a encore une fois déchaîné l’enthousiasme en rendant l’invisible enfin visible, l’amputé à nouveau valide. Car Avere vent’anni (Avoir vingt ans en VF) a subi les affres de la censure. Sans notre plantigrade préféré, la mandale sulfureuse de Fernando Di Leo ne pourrait se présenter au peuple français dans sa version intégrale. En guise de comparaison et de bonus, l’éditeur au long museau et au pelage dense propose également une version remontée d’Avere vent’anni. Un bidouillage commis à l’origine pour une sortie VHS et censé faire oublier l’échec cinglant du film dans les salles italiennes. Édulcoré, dénaturé et méchamment tronqué, le brûlot du réalisateur de La Clinique sanglante perd ainsi son épilogue traumatisant, se fait sucrer son étreinte saphique, voit toute sa narration chamboulée, sa BO saccagée… Seul intérêt de ce massacre à la tronçonneuse rouillée : une séquence inédite relatant la toute première rencontre entre Guida, Carati et Caprioli… Véritable curiosité, ce supplément déniché par Artus permet néanmoins de mesurer à quel point un long-métrage peut être mutilé et vidé de sa substance par le seul biais du montage…

Si Avoir vingt ans a été aussi incompris en son temps, c’est parce qu’il ne s’agit pas d’une péloche Bis lambda. Iconoclaste, Di Leo brouille les pistes et semble nous emmener dans un territoire balisé. La présence de Gloria Guida et Lilli Carati, deux vedettes de la comédie sexy (un genre très en vogue à l’époque), laisse penser que l’entreprise sera drôle, légère, coquine. Et en un sens, elle l’est. Mais seulement en apparence et jusqu’à un certain point. Car, à l’instar de nos héroïnes, le spectateur non averti ignore ce qui l’attend. L’insouciance, la vivacité et la fraîcheur du duo Lia/Tina nous touchent, nous emballent, nous renversent. Ces filles conquièrent le film, plan après plan. Le final n’en est alors que plus douloureux et insoutenable… La désinvolture de façade adoptée par Avere vent’anni s’avère d’autant plus convaincante qu’elle ne force jamais le trait (oubliez les gags potaches chers aux « poids lourds » de la commedia sexy all’italiana). Di Leo trouve le ton juste tout en utilisant le sex-appeal (LR6 ?) de ses comédiennes (Guida et Carati ne cachent rien de leur délicieuse anatomie), balance des dialogues crus sans sombrer dans la vulgarité (quand Carati verbalise sans filtre son envie de « baiser », son naturel l’emporte sur toute grossièreté). Jouant avec les codes de la sexploitation (l’érotisme sert ici d’outil narratif et contribue à caractériser les personnages), le cinéaste n’oublie pas qu’il a une histoire à raconter et des thèmes socio-politiques à aborder…

Dix ans après, il ne reste plus grand-chose de l’esprit contestataire de 1968. L’élan révolutionnaire s’est tassé, la révolte s’est diluée dans les réalités pécuniaires. La contre-culture a été dévorée, puis digérée, par les lois du marché. Dans son squat, ce baba cool faux derche de « Nazôréen » impose aux nouveaux et nouvelles venu(e)s le paiement d’un « loyer » (quand il ne leur impose pas de faire du porte-à-porte pour vendre des encyclopédies). Lorsqu’un documentariste débarque pour mener une enquête sociologique, celui-ci ne fait qu’exacerber la cacophonie idéologique qui sévit parmi les militants. Peine perdue puisque nombreux sont les jeunes gens qui préfèrent se shooter pour oublier le bordel ambiant. Résultat, les mecs sont si défoncés qu’ils ne peuvent satisfaire l’appétit sexuel de la pauvre Tina ! Si Fernando Di Leo scrute avec malice ce petit monde qui s’agite, il en profite également pour brocarder la figure ultime de l’autorité : la police. Un commissaire brutal se fait ainsi houspiller par son supérieur pour avoir pris, lors d’une perquisition, du lait en poudre pour de la coke ! Malgré tout, même si la société toute entière semble en prendre pour son grade, il ne fait aucun doute que l’auteur de la « trilogie du milieu » (une référence du poliziesco dispo chez Elephant Films) se place du côté de Tina et Lia. Sans jamais les juger, Di Leo témoigne de la fureur de vivre de ses « jouisseuses » (bises à Claudine Beccarie), exalte leur fougue, loue leur grâce. Ces nanas cueillent le jour présent sans se soucier du lendemain. Un lendemain qui chante ? Pas vraiment…

Aussi brusque que secouante, la conclusion d’Avere vent’anni referme à double tour la parenthèse enchantée et provoque un réel électrochoc. Aucun conservatisme ou moralisme dans cette fin en forme de retour de flamme. Mais la volonté de montrer une réalité dans laquelle les femmes ne peuvent pas « danser tranquillement » et disposer de leur corps comme elles l’entendent. Aucune utopie n’a sa place dans cette société où le patriarcat peut à tout moment pulvériser le moindre changement. Au même instant, rappelons que l’Italie vit ses « années de plomb » : la lutte se radicalise et s’arme jusqu’à sombrer dans le terrorisme. Ces pavés trempés de sang, ces bagnoles qui explosent et emportent les passants aux heures de pointe, ces exécutions en pleine rue hantent le dernier (et sale) quart d’heure d’Avoir vingt ans. Question sensations (extra) fortes, on songe aux shockers transalpins inspirés par le décapant The Last house on the left de Craven. Si vous avez vu La Bête tue de sang-froid (1975) ou La Dernière maison sur la plage (1978), vous savez déjà que vous n’en sortirez pas indemne. La tristesse des faits-divers les plus sordides imprègne également les dernières minutes du long-métrage de Di Leo. Là, c’est plutôt San Babila : un crime inutile (1976) ou L’Affaire de la fille au pyjama jaune (1977) qui s’imposent à l’esprit. En broyant in extremis le happy end de rigueur, Avere vent’anni nous retourne autant, si ce n’est plus, que ses petits camarades. Et nous abandonne avec un goût amer dans la bouche. La saveur des œuvres essentielles, celles qui marquent le palais à jamais.

Avere vent’anni. De Fernando Di Leo. Italie. 1978. 1h37. Avec : Gloria Guida, Lilli Carati, Ray Lovelock

Auteur : Zoéline Maddaluna

Cinéphage électrique accro aux terrains vagues de l'imaginaire...

12 réflexions sur « AVOIR VINGT ANS : conte cruel de la jeunesse »

  1. Il faudrait vraiment que je me penche sur ce genre de métrage. Je connais ce titre mais que de nom. Certains en ont parlé sur des pages FB consacrées au cinéma à l’occasion de la sortie Artus Films. Je note. Merci pour ta chronique qui donne envie.

    Aimé par 2 personnes

  2. « Avere vent’anni » est assez unique en son genre. Rares sont les films d’exploitation à opérer, en guise de conclusion, une rupture de ton aussi radicale (le final est vraiment tétanisant, âmes sensibles s’abstenir…). En définitive, ce mélange de chronique sociale, de satire politique, de comédie sexy et d’horreur « in your face » est à découvrir d’urgence. Cale-toi une p’tite séance entre deux chasses du Comte Zaroff ! 😉 Merci pour ton commentaire.

    Aimé par 1 personne

  3. Encore une chronique de haut niveau qui met ces deux vingtenaires en orbite et Di Leo au panthéon. 2021 fut décidément son année, avec cette trilogie criminelle que tu évoques (et que je n’ai toujours pas vue), la marque d’un grand du cinéma de genre italien.
    Il me tarde de parcourir les chemins avec cette brune, avec cette blonde, duo très gimme gimme gimme a man after midnight, mais qui, Mamma Mia! , me semble autrement plus givré que toutes les suédoises du monde.

    Aimé par 1 personne

  4. La carrière de Fernando Di Leo (1932-2003) ne manque pas d’éclat. Il a écrit, ou coécrit, bon nombre de westerns transalpins (et pas les plus dégueus : « Pour une poignée de dollars » et sa suite, « Le Temps du massacre » de Fulci…). Il a adapté Scerbanenco et offert au poliziesco ses plus belles pièces (« Milan Calibre 9 » : du néo-polar digne de Don Siegel). On lui doit également le très chaud « La Bestia uccide a sangue freddo » (aka « La Clinique sanglante »), giallo gothico-érotique avec Klaus Kinski…
    De par sa structure narrative, sa richesse thématique et sa manière de nous balader entre légèreté et gravité, « Avere vent’anni » a su brillamment marquer les esprits. Son formidable duo de comédiennes n’y est pas non plus pour rien. J’en profite d’ailleurs pour rendre hommage à la grande Lilli Carati, « prof du bahut » disparue en 2014…

    Aimé par 1 personne

  5. Artus Films revient en force depuis quelques mois !
    J’aime beaucoup leurs choix de boîtiers. Soit un médiabook comme les Fulci ou le récent ‘Le vampire et le sang des vierges’, soit un boîtier cartonné simple mais élégant et illustré tel ce ‘Avoir vingt ans’, le Jess Franco ‘Opération Ré-Mida’, ‘les Cent Cavaliers’…

    Aimé par 2 personnes

  6. J’apprécie également la variété de leur packaging. Les éditions d’Artus ont toujours la classe ! Le combo digipack d’Avoir vingt ans ne manque d’ailleurs pas d’allure… Les prochaines sorties du plantigrade s’avèrent plus que jamais excitantes : « La Mort caresse à minuit », « Caltiki, le monstre immortel », d’autres polars italiens, trois Franco avec Lina Romay…

    Aimé par 1 personne

  7. Saw the edited version a long time ago and had no idea what had actually been edited out. Gloria Guidi was not that big a name in Britain compared to the likes of Antonelli. Good to know it has been revived and is worth seeing.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :