BENEDETTA : Virginie la défroquée

Thriller aussi tortueux que fascinant, faux « rape and revenge » déguisé en vrai satire chabrolienne, exercice de style grinçant dominé par une Huppert impériale, Elle (2016) a magistralement prouvé deux choses. 1/Que Paul Verhoeven n’a rien perdu de sa verve. 2/Qu’il a parfaitement su s’adapter à son nouvel environnement français. En réalité, il l’a carrément secoué, marquant au fer rouge le 7ème art hexagonal (les Pays-Bas et Hollywood se remettront-ils un jour de son passage ?). Aujourd’hui, Benedetta montre à son tour que le mordant, l’acuité et le culot de son auteur sont toujours intacts. Ce projet – 50% religion, 50% sexe, 100% Verhoeven – vient à point nommé pour dynamiter ces temps de politiquement correct, de cancel culture, de wokisme et d'(auto)censure tous azimuts. Car le réalisateur de RoboCop ne prend pas le spectateur pour un gland. Il le force à réfléchir, bouscule ses certitudes, heurte ses convictions. Bref, il le pousse à sortir de sa zone de confort. Dans un texte paru dans Charlie Hebdo (n° 34, 12 juillet 1971), Cavanna définissait l’humour comme « un coup de poing dans la gueule« . Il en va de même pour le cinéma de Paul Verhoeven, ce distributeur de mandales sans égal. Quand il cogne, il ne le fait jamais gratuitement. Choquer le bourgeois ou la Croisette ne l’intéresse pas. Le réduire à un simple provocateur n’a donc aucun sens… À l’instar du journal cité plus haut, l’œil acéré du Batave est plus que salutaire : il est essentiel au monde. Les pisse-vinaigres que cette liberté de ton offense peuvent aller se faire empapaouter au paradis.

Benedetta débute sous les meilleurs auspices. Des soudards échappés de La Chair et le Sang croisent la route de la toute jeune Benedetta Carlini, en partance avec ses parents pour le couvent des Théatines (situé à Pescia, en Toscane). Face aux menaces des malotrus, la gamine invoque la Sainte Vierge quand soudain… l’un des premiers se ramasse une fiente de piaf sur la figure ! D’entrée de jeu, Verhoeven contourne les attentes du public : la violence physique a priori inéluctable est évitée et la prétendue intervention divine ridiculisée. Au-delà du geste sardonique et iconoclaste, Paulo confronte le réel à celles et ceux qui l’interprètent à leur convenance : les croyant(e)s. Dès lors, tout devient une question de point de vue. Point de vue forcément ambigu lorsque seul le doute peut dévoiler les vérités cachées (Qu’est-ce que je vois ? est d’ailleurs le titre français du premier long du Hollandais, Wat zien ik !? aka Business is Business). Pas de certitudes ici, mais des interrogations, des frissons et un éblouissement aussi viscéral que vertigineux. Qui est Benedetta ? Qui est cette nonne du XVIIe siècle affirmant communiquer avec Jésus et s’adonnant aux plaisirs saphiques avec une novice libertine ? Une sainte, une pécheresse, une manipulatrice, une arriviste, une folle, une amoureuse ? Comme avec le cauchemar baroque et symbolique du Quatrième Homme et les « souvenirs à vendre » de Total Recall, Paul Verhoeven ne tranche pas mais aborde son sujet avec toute l’honnêteté intellectuelle qui le caractérise. Au spectateur de se forger sa propre opinion. C’est ainsi que certains films accèdent à l’éternité.

Si Sœur Benedetta reste insaisissable, c’est pour mieux témoigner de la complexité et de la richesse du personnage. Verhoeven n’a pas besoin de la juger ou d’en égratigner l’énigme pour en faire une nana forte et intelligente. Les contradictions de cette héroïne ambivalente servent surtout à démasquer l’hypocrisie de notre chère Église. Une institution qui condamne la sexualité, honnit le corps féminin quand ses « dignitaires » ne pensent qu’au pouvoir et en usent pour torturer son prochain (le nonce décadent joué par Lambert Wilson aurait eu sa place dans le Beatrice Cenci de Fulci). Benedetta prend alors des allures de Game of Thrones clérical, jeu mené dans l’ombre par une religieuse dont l’ascension va ébranler les fondements d’un ordre patriarcal pourri par le dogme. Dans son rapport au sacré, le film se révèle tout aussi subversif : c’est à travers sa foi que la blessed virgin atteint l’orgasme lesbien. Pour Benedetta, l’extase est une expérience autant mystique que charnelle. Ses visions lui permettent de jouir dans son délire et lui font en même temps prendre son pied ici-bas. Et pour cela, notre Néerlandais préféré n’hésite pas à érotiser le Christ sur sa croix (mais sans le slip rouge moulant de l’éphèbe du Quatrième Homme), à transformer une statuette de Marie en gode (fallait oser !). Dans Benedetta, l’irruption du trivial n’a rien de vulgos : il s’agit plutôt de relier le matériel au sublime, l’autre nom de la sensualité. Graduel et subtil puis explosif et incontrôlable, le désir se consume à la lueur d’une bougie, écho pictural à la peinture flamande (on pense au travail du chef-op’ Jan de Bont sur Katie Tippel ou Flesh + Blood).

Cinéaste organique par excellence, Verhoeven s’intéresse moins à la luxure qu’au corps dans sa globalité. Peu porté sur les mensonges cosmétiques et les simulacres du glam’, il préfère se pencher sur tous ces fluides que les tartuffes ne sauraient voir (« Voilà de quoi nous sommes faits : des tripes, de la merde et du jus gluant » écrivait Bukowski dans ses Contes de la folie ordinaire). Baiser, chier, faire gicler du lait maternel de son nibard : c’est aussi ça la vie, n’en déplaise aux apôtres du « bon goût » et autres bienséants faux-derches. Pour l’homme derrière Starship Troopers, la vérité se dissimule dans ce que le corps expulse. Par conséquent, elle se niche sous la peau (et ce même quand elle disparaît, cf. Hollow Man). Mais aussi sur la peau, lorsque celle-ci se découvre. La nudité de Virginie Efira est conquérante, puissante, intimidante. Telle Elizabeth Berkley dansant sur la scène du « Stardust » dans Showgirls ou Sharon Stone croisant/décroisant ses jambes lors de l’interrogatoire de Basic Instinct, la Sibyl de Justine Triet maîtrise son sex-appeal comme elle maîtrise son destin. Après son rôle de bigote dans Elle, Efira confirme que les obsessions verhoeveniennes lui siéent à merveille. Fiévreuse jusqu’au bout des seins, la belgo-française nous fait succomber à la tentation. Et nous rappelle à sa manière que, pour celles et ceux qui savent reconnaître l’inépuisable beauté de l’art, il n’existe ni péché ni blasphème. La toujours formidable Charlotte Rampling ne le sait que trop bien. Tout comme, bien évidemment, l’auteur de ce film-somme, miracle transgressif et flamboyant où Le Nom de la Rose s’acoquine avec la nunsploitation.

Benedetta. De Paul Verhoeven. France/Pays-Bas. 2021. 2h06. Avec : Virginie Efira, Charlotte Rampling, Daphné Patakia…

Auteur : Zoéline Maddaluna

Cinéphage électrique accro aux terrains vagues de l'imaginaire...

22 réflexions sur « BENEDETTA : Virginie la défroquée »

  1. Je dois bien le reconnaître, je tombe à genou devant ton texte. Oh que j’aime ce coup de fouet à l’adresse des pudibonds (« sanction administrative » dirait-on dans Starship Troopers), que j’aime cet éloge du blasphème, cette empoignade du sacré ! Les multiples raccords que tu opères avec les autres films de Verhoeven montrent à quel point « Benedetta » s’affirme, malgré les critiques mauvaises langues que tu pourfends à raison tel un Christ au bras vengeur dans ton paragraphe liminaire, comme ce qui restera un grand film de Verhoeven.
    La question de la signification des images et de l’ambiguïté que cultive Verhoeven en prenant soin de ne rien élucider, n’est in fine qu’un écho aux mystères de Bible dont la cryptique n’aura de cesse d’alimenter les conjectures des croyants comme des agnostiques de tout bord. « Ce vous faites de la réalité est infiniment plus intéressant que la réalité elle-même » dit Gérard dans « le Quatrième Homme » que j’ai revu hier, et dont les correspondances avec « Benedetta » sont légions. Verhoeven fait sien ce principe absolu, le démontre au cœur même de la machine hollywoodienne dans un brillant exercice de dynamitage (« Total recall »), s’affirmant par ce biais comme le plus retors et le plus impressionnant des cinéastes hollandais.

    Aimé par 2 personnes

  2. « Éloge du blasphème » : un essai de Caroline Fourest que j’ai par ailleurs dans ma bibliothèque ! 😉
    « Ce que vous faites de la réalité est infiniment plus intéressant que la réalité elle-même » : la définition du 7ème art ?
    Par les temps qui courent (et halètent), retrouver Verhoeven dans une salle de cinéma, qui plus est avec une œuvre qui lui ressemble tant, fait un bien fou. Il s’est fait désirer, on l’attendait tous, il est venu et a multiplié non pas les pains mais les claques ! J’en ai eu des stigmates durant la séance (à rendre jalouse Patricia Arquette). Gloire à toi, ô Paulo !
    Merci pour ce brillant commentaire, cher Prince de Pescia. Tes éclairages biblico-cinéphiliques sont toujours les bienvenus. Avec toi, les Ténèbres verront enfin la Lumière ! 😇

    Aimé par 1 personne

  3. Tu évoques dans ton texte le personnage du nonce qui aurait pu figurer dans le Béatrice Cenci de Fulci. Nul besoin de me passer au rouet pour me faire avouer pareille comparaison, à laquelle j’ajouterais au titre de la perfidie, l’inquisiteur velouté incarné par Vincent Price dans the Witchfinder General.

    Aimé par 1 personne

  4. Après la lecture de ton texte, j’en viens à me poser une question toute bête : Paul Verhoeven est-il l’un des meilleurs cinéastes du cinéma français actuel ? 😉

    Ce mois-ci un autre film de Cannes potentiellement subversif est annoncé dans les salles. Il s’agit de ‘Tit…’ heu non, il s’agit de ‘France’ de Bruno Dumont.

    Aimé par 3 personnes

  5. Concernant la place du réalisateur de « Elle » et « Benedetta » au sein du cinéma français actuel, je me pose aussi la même question. Et ma réponse est (suspense, roulement de tambour) : OUI, MILLE FOIS OUI !!! (« oh oui ! oh, oui ! » chantait le corps d’Emmanuelle). Ah, si seulement Paulo pouvait adapter son propre bouquin sur Jésus (mais bon là, faut pas rêver…).
    Un « Tit…euf » par Bruno Dumont ? Pourquoi pas. En plus, j’aime bien Léa Seydoux (c’est neuf ?).

    Aimé par 2 personnes

  6. 🙂
    Bon sang, ces films que l’on ne verra jamais et qui nous font méchamment baver d’envie : la Vie de Jésus par Bru… Paul Verhoeven, et les Croisades vues par le même énergumène et avec un King Schwarzy.

    Aimé par 2 personnes

  7. Ah oui, « Crusade » ! Je me souviens de cette pré-affiche de dingue avec Schwarzy ! Le script était signé Walon Green, en plus (la pointure derrière « La Horde Sauvage » et « Sorcerer »). Dommage que ce film n’ait jamais pu voir le jour : « La Chair et le Sang » aurait eu un sacré p’tit frère… Un projet avorté mais aussi fantasmatique qu’un « Conan » vu par Verhoeven…

    Aimé par 2 personnes

  8. De rien ! 😉 Pas de doute, ce transcendant « Benedetta » mérite toute l’attention de nos Trois Mères préférées…
    Pour en revenir à Bukowski, l’une des nouvelles des « Contes de la folie ordinaire » a (magnifiquement) été adaptée au cinéma par Marco Ferreri. Avec, au casting, la Susan Tyrrell du « Flesh and Blood » de Verhoeven ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Une actrice, paraît-il, aussi déjantée à la ville comme à l’écran. C’était vraiment la reine de la sixième dimension ! La retrouver chez John Waters (dans « Cry-Baby ») ne doit donc rien au hasard… Elle nous a malheureusement quittés en 2012.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :