LES RUNAWAYS (Floria Sigismondi, 2010)

19486521Les Runaways (titre original : The Runaways). De Floria Sigismondi. États-Unis. 2010. 1h42. Avec : Kristen Stewart, Dakota Fanning (que l’on voit aujourd’hui beaucoup moins sur les écrans et c’est bien dommage) et Michael Shannon. Genre : drame/biopic. Sortie dvd/blu-ray : 20/01/2011 (Metropolitan vidéo). Maté en dvd le lundi 10 avril 2017.

De quoi ça cause ? Los Angeles, 1975. Joan Jett (Kristen Stewart) et Cherie Currie (Dakota Fanning), deux adolescentes rebelles, se rencontrent et deviennent les figures emblématiques de ce qui se révélera être le plus célèbre des groupes de glam rock féminin, les Runaways. Après une irrésistible ascension dans une Californie en ébullition créative, ces deux jeunes stars légendaires vont ouvrir la voie aux générations futures de femmes musiciennes. Sous l’influence de leur imprésario, l’excentrique Kim Fowley (Michael Shannon), voici l’histoire vraie de jeunes filles qui en se cherchant, vont toucher leurs rêves et changer la musique pour toujours. (source : Allociné.fr)

Mon avis Télé Z : Quand le rock devient le symbole du passage à l’âge adulte et de l’émancipation des femmes. L’exploit des Runaways est double. Tout d’abord, ces filles ont su donner un sens à leur jeunesse (celui de la création et de la révolte), alors qu’elles n’avaient que quinze ans. Ensuite, elles sont parvenues à s’imposer auprès d’une industrie musicale machiste et ont montré le chemin aux futures rockeuses (le mouvement « Riot grrrl » du début des années 1990 en est un bel exemple). Le film s’attarde aussi sur les effets du mode de vie « sexe, drogue et rock’n’roll » sur des adolescentes en quête de repères et souhaitant en découdre avec le monde. Mais ce sont surtout les trajectoires différentes de Joan Jett et Cherie Currie qui intéressent Floria Sigismondi. Pour la première, la musique est le rêve de toute une vie, une passion qui nécessite une implication totale, le garde-fou d’une société pas tendre avec les filles rebelles. Pour la seconde, les Runaways lui permet avant tout de fuir une situation familiale chaotique et se sert de la célébrité pour cacher sa détresse. La force de conviction de la brune finit par s’écraser sur les doutes de la blonde, la collision détruisant en même temps les promesses d’une relation plus amoureuse qu’amicale. Le final aigre-doux résonne alors comme un crève-cœur (la chanson Love is pain, composée par Jett, semble être dédiée à Currie). Signalons également les performances dramatiques, scéniques et vocales de Kristen Stewart et Dakota Fanning, deux brillantes comédiennes s’étant beaucoup investies dans leur rôle (leurs reprises des morceaux des Runaways sont juste phénoménales, Cherry bomb en tête). Bien entendu, la bande originale électrise nos esgourdes et nous fait taper du pied tout du long. On sort de ce très beau biopic avec l’envie de s’envoyer les skeuds des Runaways et, surtout, avec l’idée que les femmes sont faites pour régner sur le rock’n’roll. 5/6

19505837_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Les Runaways en action : les nanas aussi ont le droit de jouer de la gratte et d’hurler dans un micro. « Hello daddy, hello mom, i’m your ch ch ch ch cherry bomb! »

Auteur : Zoéline Maddaluna

Cinéphage électrique accro aux terrains vagues de l'imaginaire...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :